Abel & Gordon – Un Cinéma empirique

L’obstacle auquel se heurtent souvent les journalistes quand ils doivent circonscrire l’univers d’Abel, Godon et Romy (pour autant qu’il soit nécessaire de le circonscrire, mais partons de ce postulat) est que le mélange d’humour et de poésie que nous offre le trio est si personnel qu’il ne favorise pas les comparaisons qui sont parfois un bon argument de vente.

C’est naturellement cette liberté de ton, cette originalité qui fait tout le prix de leur cinéma. Une originalité qui naît aussi de la manière atypique dont leurs films sont construits. Imaginer sur scénario ce que donnera Rumba ou La Fée à l’écran est une authentique gageure.

 

Check Also

#InstaCannes: « Le Syndrome des amours passées »

Rencontre avec l’équipe du Syndrome des amours passées (voir notre critique), présenté en avant-première à …