Commission de sélection des films – 3e session 2015 – Les docus / Le film lab

 

 

DOCUMENTAIRES DE CRÉATION

 

Aides au développement

1er collège

 

La voix du prophète de Dominique Guelette

Production : Kwassa Films

C’est au coeur du quartier populaire Niary Tally à Dakar qu’Amala, animateur radio depuis 30 ans, a implanté sa petite boutique d’audiovisuel. Véritable centre culturel, ce laboratoire à palabres est chargé de résistances universelles débattues par un microcosme très diversifié. Les mots rebondissent du trottoir au micro. Des mots souvent dérangeants et toujours sans concession.

 

Tout ce qui ne tue pas d’Alexe Poukine

Production : Centre Vidéo de Bruxelles (CVB)

C’est le printemps, Ana a 19 ans. Un dîner qu’elle accepte. Tout trop vite, incompréhensible. Dans le sexe et l’abdomen, une déchirure.  Son esprit diffracté.  Qu’est-ce  que  c’était  ?  Comprendre, s’expliquer, régler ça seule. Oublier. Mais les souvenirs reviennent dix fois avant qu’Ana ne juge qu’il s’agissait d’un crime. Après, il faut vivre, et accepter que tout ce qui ne tue pas ne rend pas plus fort à chaque fois.

 

2ème collège

 

From toilets to stage de Vincent Philippart et Dominique Henry

Production : Panique

 

En Belgique, il y a les bières, le chocolat et les festivals de musique. Source de revenus conséquente pour les organisateurs, les agents, les groupes, les collectivités, en quelques années, les festivals belges se sont complètement transformés et métamorphosés pour devenir la matière première de l’industrie musicale. Mais ne sont-ils que cela ? Ne sont-ils pas également un rite initiatique pour la jeunesse, nécessaire à la société où le jeune peut chercher et tester ses limites, braver les interdits en communiant avec 60 000 autres ?

 

Moi, un migrant de Laurent Van Lancker

Production : Polymorfilms

Ethno-fiction faisant découvrir le camp de réfugiés, dit « La jungle » de Calais, à travers le regard et la voix de deux migrants y vivant. L’un est afghan et y tient un petit magasin, l’autre est soudanais et y apprend le français. Ou comment la vie reprend ses droits dans une situation dramatique.

 

Stan & Ulysse de Benjamin Hennot

Production : YC Aligator Films

Le groupe de Résistance « Service de Sabotage Hotton », et en particulier le Groupe D, opère dans le maquis de Thiérache (région de Chimay et Couvin) de 1942 à1944 (entrée des troupes américaines à Chimay en septembre 44) et son but est d’instaurer par l’action directe un climat d’insécurité pour l’Occupant et ceux qui le soutiennent.

 

 

Aides à la production de courts métrages (d’initiative belge francophone)

1er collège

 

Voirde Simon Gillard

Production : Hélicotronc

Au plus profond de la brousse serpente une longue caravane de zébus. Guidés par trois jeunes garçons  : Adou, Issa et Mohami, nous vivons un voyage diurne dans les paysages du Burkina Faso, du Mali. Lorsque tombe la nuit, nous partageons les désirs et les peurs de l’homme, lus dans les yeux de ces enfants Peulhs.

Autour de ce voyage, nous découvrons trois protagonistes plus sédentaires : femmes, enfants et chèvres, restés au village. Ce petit monde crie, rit et court sur place, tel un théâtre sans coulisse. Invités par cette famille Peulh nous découvrons leurs gestes quotidiens, leurs caractères et leurs croyances, nous explorons leur mode de vie dans ce mouvement continu, le nomadisme.

 

Aides à la production de longs métrages (d’initiative belge francophone)

2ème collège

 

Fields of hope d’Olivier Magis

Production : Clin d’oeil Films

« Fields of hope » retrace l’histoire tragique d’une petite communauté créole expulsée de ses îles des Chagos par les autorités coloniales britanniques, entre 1965 et 1973. En cause, la location de l’île principale de leur archipel à l’armée américaine.

 

 

Aides à la production de documentaires TV (d’initiative belge francophone)

1er college

 

Donna Haraway : her story de Fabrizio Terranova

Production : Atelier Graphoui

Un réalisateur, fasciné par une philosophe-conteuse américaine, Donna Haraway, décide d’aller la rencontrer seul dans sa maison en Californie. Il souhaite l’interroger sur ses intrigantes techniques d’écriture qui ont bouleversé le monde de la pensée.  Mais la parole de Donna recèle un pouvoir caché;  elle l’envoûte progressivement. Et ce qui devait être une simple interview devient bientôt un voyage aux frontières d’un monde magique et hanté.  Portrait singulier de Donna Haraway, le film tente de déceler une pensée en mouvement, mêlant récits en green screen, images d’archives et fabulation dans la forêt californienne.

 

La place de l’homme de Coline Grando

Production : Centre Vidéo de Bruxelles (CVB)

Confrontés à une décision qui les impliquent mais pour laquelle leur avis ne pourra jamais prévaloir, des hommes entre 20 et 30 ans partagent face caméra leurs ressentis et réflexions à propos de l’avortement. Au regard des relations hommes/femmes, c’est le portrait d’une génération charnière qui se dessine à travers le film.

 

L’autoroute de Valery Mahy

Production : Dancing Dog Productions

La traversée du village de Brûly par une autoroute,promesse d’un futur prospère pour les autorités, résonne avant tout pour les villageois comme le sacrifice de leur unique richesse : leur cadre de vie.

 

2ème collège

 

Fedosov de Sarah Moon Howe

Production : YC Aligator Films

À un moment de ma vie, j’ai rencontré un défenseur des droits de l’homme en Ukraine et j’ai voulu faire un documentaire sur lui. Je voulais voir et il voulait être vu. Je tenais la caméra. Il me donnait plus que ce que je voulais lui prendre. Nous nous sommes disputés, j’ai arrêté le film. Affaire classée alors ? Ça l’était jusqu’à ce que j’apprenne sa mort, trois ans plus tard. À son enterrement, je ne suis pas la seule à me demander : qui est Andrey Fedosov ? Est-il vraiment dans le cercueil ?L’ai-je mis en danger ? Ai-je une dette à payer ?  Cet homme mystérieux que j’ai autrefois admiré et oublié, j’y reviens aujourd’hui. En cinéaste et en enquêtrice.

 

La lettre à l’empereur d’Alain De Halleux

Production : Sophimages

Le Japon s’arme et se prépare à un éventuel conflit avec la Chine ou la Corée du Nord. Pourtant une bataille désespérée se livre depuis presque cinq ans sur le front de Fukushima. Ainsi, une guerre en cache-t-elle une autre… La guerre, c’est comme les mauvaises herbes.Quand on ne s’attelle pas à désherber elles repoussent naturellement.  Taro  Yamamoto  est une sorte de jardinier qui, passant son temps à nettoyer le jardin de Fukushima se voit obligé maintenant de s’attaquer au problème du réarmement de son pays.

 

La vie est un jeu de cartes de Philippe de Pierpont

Production : Dérives

Cela fait 24  ans que je les ai rencontrés, à Bujumbura (Burundi) : six gamins rieurs, délurés et laissés à eux-mêmes. Six enfants vivant dans la rue. Depuis, je tourne une chronique documentaire avec eux, réalisant un film à chaque étape charnière de leur existence. Ces films tentent de mettre en lumière l’évolution de leur vision du monde et de la place qu’ils pensent y avoir.

 

Le champ des visions de Boris Van Der Avoort

Production : Halolalune Production

« Le champ des visions » est un film qui aborde le rapport de l’homme à l’animal-insecte par le biais de récits, de légendes, de souvenirs, de sensations intimes … Et qui soulève des questions : Pourquoi ce monde animal exerce-t-il sur nous un tel pouvoir de fascination ou de répulsion ? Que nous apprend-il sur nous-mêmes et nos sociétés ? Notre monde perçu avec nos aptitudes sensorielles a-t-il quelque chose à voir avec celui de l’animal ? L’homme peut-il connaître l’animal-insecte ou seulement le rêver ?

 

L’empire des femmes de Marlène Rabaud

Production : Esprit Libre Production

Nathalie, une Belgo-Congolaise ayant grandi et étudié à Bruxelles, a décidé de s’installer à Kinshasa pour prêter main-forte à sa mère, Maman Hélène, 83 ans, qui gère depuis 40 ans, le restaurant Inzia et son staff de façon dictatoriale et paternaliste. Nathalie désapprouve la gestion de sa mère et les deux femmes s’affrontent sur fond d’une campagne électorale à haut risque, entourées de leurs vingt employés et de l’élite congolaise qui vient se distraire chaque week-end sur la rumba jouée par les musiciens de l’époque de “Kin la Belle”.

Pendant ce temps, les projets de Nathalie d’agrandir le restaurant prennent forme et elle partira faire son marché… en Chine.

 

Aides à la production (CCA-VAF)

I know you are there de Thom Vander Beken

Production : Stempel Films

Steven Laureys dirige le Coma Science Group, une équipe d’une trentaine de neuropsychologues, biologistes, mais aussi d’ingénieurs et informaticiens. Ensemble, ils essaient de comprendre ce qui ce passe encore dans la tête, dans le cerveau d’une personne dans le coma. Est-ce que la communication avec cette personne est encore possible ?

 

 

FILMS LAB

 

Aides à la production (d’initiative belge francophone)

 

Inventaire avant disparition de Martine Wijckaert

«  Inventaire avant disparition  »  est la tentative de reconstitution partielle d’un film n’ayant jamais existé. L’argument de la restauration hypothétique d’un film qui n’aurait jamais existé est issu d’un travail photographique d’objets qui, dans leurs variations, proposent déjà l’ébauche d’un mouvement, comme autant de moments de storyboard.

 

Le Musée de Berlin de Joachim Olender

Production : Solilok ASBL

« Le Musée de Berlin » met en scène un enfant perdu dans le Musée juif de Berlin. Le garçon erre dans les couloirs de ce lieu de mémoire, fuyant les démons de son histoire plus d’un demi-siècle plus tard.

 

Maîtresse de Linda Ibbari

Maîtresse, c’est 4 femmes et leur animal domestique. Le film explore le trouble et la confusion qui règne dans ces drôles d’histoires d’amour. Où tantôt on s’adresse à l’animal comme à une personne et tantôt c’est l’homme qui retrouve une part d’animalité dans une communion des corps et des cris. Le film est à l’endroit où cette confusion opère, sur cette frontière humanité-animalité.

 

Traunstein de Nicolas Dufranne

Claire découvre qu’elle apparaît dans un film de mauvaise qualité trouvé sur internet. Elle se voit à la fenêtre de son appartement, accompagnée d’un homme qu’elle ne connaît pas. Ils ont l’air amoureux. Elle décide de partir à la recherche de cet inconnu.

 

L’immense retour (aide après réalisation) de Manon Coubia

Production : VOA

Assise au bord de la faille béante, elle a attendu longtemps, trop longtemps que la montagne lui rende son amant prisonnier des glaces.

Check Also

Stage de jeu Brussels Ciné Studio x BSFF

Le Brussels Ciné Studio et le Brussels Short Film Festival s’associent une nouvelle fois pour …