43 nouveaux projets de films aidés en Fédération Wallonie-Bruxelles

Pour sa première session de 2015, le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel a débloqué une aide à l’écriture, au développement ou à la production pour 13 projets de longs métrages de fiction, 10 courts métrages, 15 documentaires, 2 fictions télévisuelles et 3 films lab.
Le montant total de ces promesses d’aide est de 2,362 millions d’euros. Elles ont été attribuées aux nouveaux projets, entre autres, de Delphine Lehericey (photo), Sylvestre Sbille, Jérôme Lemaire, Bénédicte Liénard et Mary Jiménez, Vincent Patar et Stéphane Aubier

 

Avec le thriller Tueurs, l’ancien truand, aujourd’hui cinéaste, François Troukens, allié au directeur photo Jean-François Hensgens (A perdre la raison), suivra les tribulations d’un casseur pris en flagrant délit alors qu’un gang de tueur fait ressurgir, 30 ans après, l’ombre des Tueurs du Brabant.

Le suicide d’Emma Peeters, de la jeune réalisatrice Nicole Palo, mettra en scène sur le ton de la comédie les aventures d’une comédienne qui se voit offrir le rôle de sa vie dans le film… de son suicide.

Des aides à la production sont également engagées pour les prochains longs métrages de la réalisatrice flamande Fien Troch (Kid), Home, du réalisateur français d’origine vietnamienne Tran Anh Hung (L’odeur de la papaye verte), Éternité, ainsi que du cinéaste japonais Kiyoshi Kurosawa qui vient de remporter le prix de la mise en scène à Cannes dans la section Un Certain Regard (Vers l’autre rive), La femme de la plaque argentique.

 

La Fédération soutiendra également le développement du prochain long métrage de Sylvestre Sbille (Je te survivrai) et d’Emmanuelle Pirotte, Today we live, dans lequel un soldat allemand infiltré derrière les lignes alliées en pleine offensive des Ardennes, unit son destin à une enfant juive pour rester vivants.

 

Actuellement en phase d’écriture, on trouve le premier long métrage de Laura Wandel – après son court métrage Les corps étrangers, sélectionné à Cannes en 2014 –  La naissance des arbres, de même que les nouveaux projets de Mary Jiménez et Bénédicte Liénard (Le chant des hommes), Polizon, et Delphine Lehericey (Puppy Love), Old dreams.

 

Pour ce qui concerne les courts métrages, Pablo Munoz Gomez, dont le précédent opus Welkom avait remporté de nombreux prix, tentera d’illustrer combien Le père Noël est un superhéros, tandis que le cinéaste et auteur de BD Benoît Féroumont déploiera ses talents d’animateur pour nous conter l’amitié périlleuse entre Le lion et le singe.

 

La part du lion, l’animation se la taille également dans le secteur télévisuel avec deux projets de fiction dont le moindre n’est certes pas celui de l’irrésistible duo Patar et Aubier (Panique au village, La bûche de Noël), de retour avec une nouvelle équipée de Cowboy et Indien, désespérés par La rentrée des classes. Arnaud Demuynck reste lui fidèle à sa touche poétique avec un conte moyenâgeux pour enfants sur les pouvoirs de la musique intitulé Le vent dans les roseaux.

 

Dans le créneau documentaire, toujours aussi fécond en Fédération Wallonie-Bruxelles, on pointera le retour de Pierre-Yves Vandeweerd avec un très beau film sur Les éternels, ces patients d’un asile psychiatrique, généralement arméniens, souffrant de la mélancolie d’éternité, enfermés dans leur attente d’une trop lointaine libération.

Avec A se brûler les ailes, Jérôme Lemaire, multi-primé pour son long métrage documentaire Le Thé ou l’Electricité (Magritte 2013), se penche sur l’emballement pathogène des activités chirurgicales de l’Hôpital Saint-Louis à Paris.

Cinéaste de l’autofiction, Boris Lehman s’apprête de son côté à brûler un demi-siècle de souvenirs accumulés en prélude à ses Funérailles ? Enfin, Marie-France Collard propose dans Le sang des autres de suivre le parcours de ces migrants, hommes, femmes et familles souffrant de maladies graves et pourtant déboutés par l’Office des étrangers et dont le retour au pays signerait l’arrêt de mort.

 

Portrait de cinéaste (André Dartevelle), exploration de la Chine, problématiques écologiques, bouleversements politiques et urgences sociales figurent également parmi les diverses thématiques documentaires abordées par cette nouvelle sélection.

 

 

Pour découvrir le détail de ces aides cliquez :

ICI pour les longs métrages de fiction

ICI pour les courts métrages
ICI pour les documentaires, les fictions TV et le lab

Check Also

Le BRIFF ouvre avec « Le Procès du chien »… et François Damiens!

Le Brussels International Film Festival vient d’annoncer son film d’ouverture, le premier film de la …