35e festival des Films du Monde
Hasta la Vista, Montréal

Trois ans après Ben X, un an tout juste après Adem, le cinéma flamand frappe à nouveau (très) fort au Festival des Films du Monde de Montréal. Hasta La Vista (Come as you are pour  l’international) remporte le Grand Prix des Amériques,  le trophée principal de la manifestation. Et ce n’est pas tout. Oh non…

 

 

 

L’équipe néerlandophone de Cinevox a veillé tard ce dimanche 28 août. Champagne au frais, cacahuètes et chips au pickels sur la table de la cafet’, ordinateurs allumés, la rédaction était décidée à attendre le verdict du 35e festival des Films du Monde de Montréal. Une rumeur flatteuse prétendait en effet que les films flamands allaient cette année encore réussir une performance de choix au Canada. Obstinés et passionnés, nos rédacteurs voulaient absolument être les premiers à vous annoncer la bonne nouvelle, quitte à s’attirer les foudres des voisins, grands supporters d’Arsenal qui s’étaient gavé de tranquillisants après l’historique désastre mancunien de leur club.

 

Quoi qu’il en soit, l’opiniâtreté de Kurt Vandemaele et de ses troupes a payé puisque sur le coup de 2h du matin, ils purent enfin exulter. Oui, le jury confirmait avec un bel enthousiasme, la chaleur de l’accueil reçu par Hasta La Vista en projection. Les standings ovation à répétition dont nous nous étions fait l’écho (et que vous pouvez revoir ici) n’étaient pas le fruit d’une bande de cinéphiles belges, mais bien l’expression d’une passion générale. Comme un bonheur ne vient jamais seul (ou rarement) Geoffrey Enthoven remporte aussi le Prix du Public et une mention du jury œcuménique. On n’est pas surpris non plus d’apprendre que le film qui fera bientôt l’ouverture du festival d’Ostende s’est vendu à l’international et sortira dans de nombreux autres pays que le nôtre.

 

Hasta La Vista est le 5e film de son réalisateur après Les Enfants de L’Amour (2001), Vidange Perdue (2006), Happy Together(2008) et Meisjes (2009). Il tourne autour d’un trio d’amis: l’un aveugle (Tom Audeanart), le deuxième en chaise roulante (Gilles De Schryver) et le dernier paralysé (Robrecht Vanden Thoren). Toujours puceaux, les trois hommes décident de partir pour une route des vins vers l’Espagne où ils espèrent enfin perdre leur virginité dans un bordel spécialement adapté à leur condition physique. Ils dépendent tous les uns des autres, mais également de leur accompagnatrice (Isabelle de Hertogh), handicapée à sa façon. Un sujet difficile, mais traité de manière virtuose. Découvrez ici, le trailer.

 

Ce matin, l’heureux lauréat était au micro du journal de la VRT. Vous pouvez entendre ICI, sa réaction.

 

N’allez pas croire que le cinéma flamand s’est contenté à Montréal de trois malheureux prix. Que nenni : Bavo Defurne a aussi séduit le jury nord-américain en empochant deux récompenses pour Noordzee Texas : le Zénith d’Argent de la Première Oeuvre et le prix Fipresci.

 

Dans Noordzee (trailer à voir ici), on suit Pim qui habite avec sa mère, Yvette Bulteel, mieux connue comme accordéoniste sous le nom d’Yvette Mimosa, dans l’arrière-pays de la côte belge. Enfant, il aspire à une vie meilleure, peuplée de princesses et de reines de beauté. Mais lorsqu’il atteint ses 15 ans, Pim fantasme surtout sur Gino, son jeune voisin. Mais les rêves sont les rêves et la réalité est parfois un peu plus compliquée à vivre… Pas pour Bavo qui démarre donc sa carrière en fanfare.

 

Vu l’amour fou qui lie désormais Montréal à la Flandre, les organisateurs envisagent sérieusement de rebaptiser l’événement Wereldfilmfestival van Montréal. On ne sait jamais: Nic Balthazar pourrait y revenir l’an prochain avec Tot Altijd, histoire de confirmer son premier triomphe de 2008…

 

 

[si vous pratiquez le néerlandais, n’hésitez ps à foncez sur les pages NL de Cinevox; Article à lire ici]

 

Check Also

« Histoires d’Amérique: Food, Family and Philosophy »

La Quinzaine des Cinéastes rendait hommage cette année à Chantal Akerman, avec la projection de …